Janvier 2005
Màj Février 2009
i
PrécédentRetourSuivant Version imprimable

Avalés

Court poème sur le sort des boeufs

Taches de boue dans la brume
debout, plantés dans le sol gelé
les bœufs attendent
ils regardent
attentifs.
Figés par une bruine glaciale
entravés dans un espace clôturé
ils lancent leurs regards dans le monde.

Massifs
comme sortis de la glaise
ils pataugent
fragiles
à la merci de leurs propriétaires.
Immobiles
ils s’effacent dans le brouillard
aspirés par la terre
pensifs
déjà inquiets pour leur avenir.

Au printemps la pluie sera chaude
la boue se couvrira de fleurs
l’herbe engraissera de jeunes veaux
les boeufs auront disparu
avalés par les abattoirs
pour contenter des ventres meurtriers.

PS

- Pour mettre fin aux horreurs de l’élevage et des abattoirs, une solution simple et accessible : Abolir la viande, et déjà commencer par ne plus en consommer soit même...

Poèmes

Accueil > Mes Textes > Poèmes > Avalés
Ma boutiqueContactNewsletterActualitésAnnuaireThèmesFAQ
Plan du siteArchivesRechercherEnglish version
Artiste.Auteur.Réalisateur
Courts métrages d'animation, dessin noir & blanc, dessin sur sable, peinture, BD, écrits...
David Myriam, Artiste, art-engage.net