Logements, prisons et insécurité

Dépêche livrée par notre correspondant exclusif à l’Assemblée Nationale

Face aux douloureux problèmes du manque de logements pour les plus pauvres, de l’insécurité croissante et de la pénurie récurrente de prisons, notre bienheureux ministre de la justice sociale a présenté à l’Assemblée du Peuple Souverain un projet original et prometteur. Qui plus est, ce projet serait créateur d’emplois.

Plutôt que de construire séparément prisons et logements sociaux, le ministre a eu la lumineuse idée de regrouper ces deux types de logements dans un seul concept : le deux en un. Il s’agit tout simplement de construire les logements de telle sorte qu’ils puissent servir de cellule en cas de condamnation de l’un, ou plusieurs, des locataires. Ce concept innovant et humaniste comporte de nombreux avantages :

Comme vous le voyez, ce projet conjugue de nombreux atouts, tant pour l’Etat que pour l’usager, et répond à merveille à toutes les exigences d’une société moderne. C’est pourquoi les députés ont adopté hier ce projet à l’unanimité en première lecture. Les premières tranches devraient être achevées à l’automne 2004, il n’y a pas de raison que le Sénat fasse opposition. Le lieu des premières constructions est tenu secret pour éviter que tout le monde se rue pour demander un logement.
Le rapporteur du projet a pensé à tout. Si une personne est mise en détention préventive de manière abusive ou si un innocent a été injustement condamné, ses jours de prison dans son logement seront décomptés de sa prochaine éventuelle peine. De plus, il sera possible, pour ceux qui le souhaitent, de s’emprisonner volontairement de manière préventive, avec tout de même un plafond maximum cumulé d’un an. Ces jours de prison volontaires seront défalqués de toute nouvelle peine (hormis les assassinats, les actes de terrorisme et les viols sur mineurs).
Ce projet permettra aux peines de prisons d’être mieux acceptées par la société, elles feront partie de la vie, on ne les remarquera plus, elles ne seront plus infamantes et discriminantes. D’ailleurs, parfois on ne pourra plus faire la différence entre une personne incarcérée qui se tient bien et une personne libre qui sort peu de chez elle.
Déjà, d’autres idées complémentaires voient le jour, comme la facilitation du travail à domicile grâce à des réseaux en hauts débits, ou l’intégration de fonctions hospitalières, voire de maisons de retraite. Les logements auraient alors une certaine polyvalence et pourraient servir à toutes les étapes de la vie : logement, cellule de prison, chambre d’hôpital, chambre pour retraités...

Ce projet de logements-prisons est promis à un bel avenir, nos voisins européens se sont déjà montrés très intéressés. Certains ne vont même pas attendre d’observer les résultats des premières unités pour lancer leur propre programme. Les meilleures idées sont souvent les plus simples.


> Thèmes :  Absurde - Critique - Ironie - Prison
- 12 mars 2004 - Màj Juin 2004
 
Home / Mes Textes / Chroniques de l’absurde / Logements, prisons et insécurité
David.Myriam : : Artiste : Exposition de créations engagées : nouvelles, poèmes, dessins noir et blanc, films d'animation, dessin sur sable, BD...
David MyriamAdresse auteure :: http://art-engage.net
Print    Version normale