Tour aveugle

Poème sur la ville et ses tours


Suspendu au 50ème étage
de la fine tour hôtelière
je file dans les nuages
perdu dans les reflets de verre
ici bien trop loin de la terre
en bas la ville ronfle la nuit
et s’allonge rectiligne
dans ses carcans de pierres
les fourmis mobiles
à pied ou à moteur
s’écoulent d’une rue à l’autre
pour vivre de leurs affaires.

Entre les blocs d’ivoire
les aveugles se jettent au vide
et les sirènes hurlent la plainte
entre les murs et les cœurs
qui déchirent la ville en pleurs.

La ville se pend à ses tours
et s’étrangle faute d’amour.



> Thèmes :  Critique
- 30 octobre 2006 - Màj Octobre 2006
 
Home / Mes Textes / Poèmes / Tour aveugle
David.Myriam :: Artiste : Exposition de créations engagées : nouvelles, poèmes, dessins noir et blanc, films d'animation, dessin sur sable, BD...
David MyriamAdresse auteure :: http://art-engage.net
Print    Version normale