Mon chien et mon oncle

Courte nouvelle

Mon chien est très affectueux, il est toujours en train de tendre la patte ou le museau pour qu’on lui caresse le poil. Il aime bien poser sa tête sur mes cuisses et s’étirer sur le canapé en baîllant. Entre ses repas, il adore jouer avec les bâtons qui traînent dans la cour. Il est délicat, il craint la pluie et le froid et saisit avec douceur les friandises qu’on lui tend.
Quand il ne fait pas trop chaud, il aime bien se promener au bord des routes ou dans les prés, et pisser contre les arbres. Mais l’autre jour, quand on longeait un talus herbeux, il a bondi d’un coup sans prévenir dans le fossé. Le temps que je comprenne, il avait déjà dans sa gueule une petite souris qui couinait. J’ai attrapé mon chien par la peau du cou pour lui faire lâcher la bestiole. Il m’a fallu du temps, il ne voulait pas comprendre. Quand la souris est enfin tombée sur l’herbe, elle ne bougeait plus, elle avait été broyée.
Bien que sachant que c’était peine perdue, j’ai engueulé copieusement l’assassin, qui a joué les chiens battus en baissant les oreilles. A la prochaine occasion, il tuera une autre petite bête, il est très joueur.

Mon oncle est très charmant, il est toujours en train de tendre la main ou de donner des tapes dans le dos. Il aime bien faire la sieste en posant la tête sur un oreiller après avoir lu le sport dans le journal local. Entre ses repas, il adore joueur au ballon avec les gosses du quartier qui traînent dans la rue. Il est délicat, il ne s’emporte jamais et explique avec douceur pourquoi il n’est pas d’accord avec vous.
Quand il fait chaud, il adore se promener au bord du fleuve avec sa petite famille et pisser contre les gros platanes. Mais l’autre jour, quand il est parti en mission, il a largué une flopée de bombes d’un coup, sans prévenir, sur une ville de l’autre côté de la Terre. Les habitants n’ont pas eu le temps de comprendre, les engins de mort explosaient déjà autour d’eux.
Je suis resté longtemps figé devant la TV après les images des civils mutilés par les bombes chirurgicales. Je ne voulais pas y croire. Quand le reportage s’est arrêté, j’en ai profité pour caresser mon chien, il n’a pas encore les moyens de larguer des bombes.
Bien que sachant que c’était peine perdue, j’ai engueulé copieusement l’assassin, qui m’a expliqué avec le sourire pourquoi il recommencera s’il le faut.
Mon oncle est militaire, il obéit aux ordres et c’est un humaniste.


> Thèmes :  Absurde - Animaux - Violence
- 16 décembre 2004 - Màj Janvier 2005
 
Home / Mes Textes / Nouvelles / Mon chien et mon oncle
David.Myriam : : Artiste : Exposition de créations engagées : nouvelles, poèmes, dessins noir et blanc, films d'animation, dessin sur sable, BD...
David MyriamAdresse auteure :: http://art-engage.net
Print    Version normale