Fissure intérieure

Court poème

Paraboles, Europol, la police veille sur vos restes de pensées,
Pas de bol, je n’ai plus de temps de cerveau à dépenser.
Mégalopoles, dans le croisement des réseaux, les issues sont cimentées,
les lignes du transport retournent toutes au centre,
au centre d’affaire, plein de bonnes affaires, rien à y faire.
Se faire avoir, se faire une putain, ne pas s’en faire,
s’enfermer, les fers aux pieds, bienvenue chez Lucifer.
Empilement de corps inodores et de cœurs qui s’ignorent.
Grouillement mécanique des moteurs, des battants, des battues.
Garde à vous : personne ne vous connaît,
mais tout le monde vous regarde, vous scrute et vous dissèque
pour vous plonger dans le formol de telle ou telle étagère,
bien rangé, terminé.

Obsessions, obturation, dépression, oblitération, récréation, perdition, convulsion, progression sans évolution, surtout pas de révolution.
Circonvolutions dans un bocal, se cogner la tête contre les parois transparentes,
les murs sont trop proches.
Mariner dans le jus qui suinte des cadavres antérieurs sur lesquels sont bâties de nouvelles tombes habitables, sur mesures.
Pas d’évasions physiques, la lèpre a grignoté tous les espaces.
Restent l’évolution des corps, l’élévation des esprits et la libération des âmes.
Un vagabondage hors des pistes sécurisées que nul ne peut arrêter.
La fissure est intérieure,
l’agrandir au lieu de la bétonner.
Les gouttes passent lentement à travers et remplissent un autre espace,
un autre temps, hors d’atteinte, sans peur.
La fissure est intérieure, c’est l’amour qui essaie de recoller notre âme.


> Thèmes :  * Société - Critique - Noir
- 15 janvier 2005 - Màj Février 2005
 
Home / Mes Textes / Poèmes / Fissure intérieure
David.Myriam : : Artiste : Exposition de créations engagées : nouvelles, poèmes, dessins noir et blanc, films d'animation, dessin sur sable, BD...
David MyriamAdresse auteure :: http://art-engage.net
Print    Version normale